Publié le :

Happy & Conscious #1 : La formule (presque) magique d’un bon Happy Management

#Veille

Le 26 Juin prochain, le Club Open Innovation de Paris&Co organise en partenariat avec Sodexo & Akayogi, un événement sur la qualité de vie et le bien-être au travail. Comment l’entreprise se responsabilise et s’engage pour améliorer ces aspects pour ses collaborateurs ? Par quels moyens ?

Chaque vendredi, on décrypte le sujet pour vous !  Cette semaine, un focus sur le « Happy Management » et ce qui en découle.

 

Non, la notion de Happy Management n’est pas un dérivé farfelu du hit de Pharrell Williams sorti en 2013.

 

S’il s’agit bien d’un nouveau terme pour désigner le management bienveillant, la notion de bien-être au travail n’est quant à elle, nullement innovante. En effet, depuis quelques années, les termes de Happiness Manager, Chief Happiness Officer ou encore de Super Assistante font le buzz et remettent sur le tapis les questions fondamentales sur la qualité de vie au travail.

Mais alors qu’est-ce que c’est ?

 

On pourrait le définir comme une démarche de management axée sur le bien-être de ses collaborateurs, une approche différente qui prend en compte les souhaits et les besoins de chacun.

Du point de vue de l’entreprise, cet engagement n’est bien sûr pas totalement altruiste. Dans un contexte de marché de l’emploi toujours tendu, attirer et retenir les meilleurs profils n’est pas simple. En mettant en place cette démarche, l’employeur se donne les meilleures chances de séduire et de conserver les talents. Un collaborateur satisfait de sa qualité de vie au travail est un collaborateur productif et qui reste dans l’entreprise parce qu’il s’y sent bien.

Car oui, il est incohérent de prétendre vouloir apporter du bien-être sans tenir compte de l’aspect humain. S’il faut savoir doser les bons ingrédients pour obtenir une formule gagnante, il est également important de proposer des solutions adaptées et surtout sur-mesure.

Les outils, les process, les applis, mais aussi les gens !

 

Pour embarquer tout le monde dans cette démarche, le digital est bien-sûr indispensable, et si de nombreuses startups se lancent dans le business du bien-être et de la qualité de vie au travail, il est primordial d’avoir un ambassadeur de ces bonnes pratiques. Qu’importe sa dénomination, cet ambassadeur se doit d’être à l’écoute des besoins et des souhaits de l’ensemble des équipes.Il faut d’abord commencer par une phase d’analyse : et pourquoi pas allier l’utile à l’agréable ?

A bas les réunions interminables, place aux temps d’échange conviviaux et efficaces. On peut par exemple proposer des ateliers en mixant les métiers et également les responsabilités. Si l’on veut arriver à des résultats satisfaisants, il faut commencer par sortir des codes hiérarchiques ! Le bénéfice de cette pratique permettra à chacun de se sentir considéré, impliqué par l’entreprise. Restons tout de même réalistes, il ne sera jamais possible de satisfaire 100% des collaborateurs, en revanche 100% d’entre eux qui auront la volonté de mener cette démarche, seront satisfaits.

Happy ambassadeurs

 

La plupart des entreprises ont déjà, parfois sans le savoir, des collaborateurs motivés et prêts à porter les valeurs du bien-être au travail. Le premier pas pour réunir une communauté solide et pérenne, est de cerner les profils qui peuvent coller, du stagiaire au responsable RH et qui aspirent aux mêmes ambitions : rendre leur environnement de travail agréable pour tous. Les compétences doivent être complémentaires : aménagement des espaces, écoute, créativité, force de proposition, management positif et bien d’autres.

L’essentiel étant de trouver l’équilibre idéal pour arriver à un résultat qui répond parfaitement aux valeurs de l’entreprise que vous souhaitez promouvoir.Cette dream team pourra alors mettre en place la stratégie réfléchie et choisie pour atteindre l’objectif fixé.

 

Encore plus ?

 

Rendez-vous le 26 Juin prochain pour approfondir la réflexion. You’re welcome !

Infos & inscriptions :  https://bit.ly/2IMhfA3

Partager sur :

Lire aussi #Veille

L’alimentation alternative au cœur du système ?

propulsé par Smart Food Paris

Depuis les années 1990, des systèmes de production et de distribution alternatifs émergent et remettent en cause les circuits dits conventionnels, incarnés tout particulièrement par le mode de fonctionnement de la grande distribution. Il y avait donc quelque chose d’assez paradoxal à voir apparaître en octobre dernier un Alter’Native food forum au cœur de l’un des plus grand rendez-vous de l’industrie agroalimentaire mondiale, le Salon international de l’alimentation (SIAL). Il serait donc possible de faire entrer l’alternative au cœur du système ?

La logistique, vaste champ de bataille

Le 22 novembre dernier, Colliers international présentait les résultats de son étude sur la logistique et le e-commerce. Cette thématique est au cœur d’interrogations portées par différents acteurs. Colliers International, entreprise de conseil en immobilier d’entreprise, s’est concentrée dans son étude sur les transformations survenues dans la structure foncière de la logistique à la suite de la croissance du marché du e-commerce et en particulier des pure players. Quelques semaines plus tôt, l’Association française de la logistique organisait dans la mairie du 9ème arrondissement une matinée de réflexion sur les futures solutions de logistiques urbaines durables, notamment en termes de transports. Plusieurs préoccupations se télescopent aujourd'hui autour de cette thématique : s’y croisent des enjeux environnementaux et un contexte concurrentiel dans lequel de nouveaux acteurs économiques imposent des normes de performances particulièrement exigeantes. Cette prégnance de la logistique traduit bien la place que cette fonction occupe dans la stratégie des entreprises.