Once upon a time in Tech Care : histoire de Tech Care racontée par Sophie Sirven, responsable de la plateforme

Plateforme

"La plateforme Tech Care Paris a ouvert ses portes il y a trois ans. Les partenaires fondateurs étaient là, pleins d’attentes. Les start-up sont arrivées, le site était tout juste livré. J’ai fait les premiers rendez-vous avec un casque de chantier et une table branlante qu’il valait mieux toucher très délicatement.

 

Trois semaines plus tard, l’inauguration par le Maire de Paris qui souhaitait voir un lieu avec de entreprises bien installées. Nous avons aménagé en quatrième vitesse une salle avec toutes les start-up, pris des bureaux de ci de là, le lien a été tissé vite fait !

Puis, très vite nous avons vu l’évolution au sein des comités de pilotage : lors des premiers, les partenaires avaient évoqué l’idée d’avoir des points réguliers sur le développement des start-up, nous restions entre nous. Nous étions plus dans une étape où nous sondions l’évolution de ce marché naissant que nous essayions alors de décrypter.

Et maintenant, à chaque comité de pilotage, des entreprises viennent se présenter, participer aux prises de décisions, être force de proposition sur les actions à mener au sein de la plateforme.

Dans nos échanges aussi, la relation a singulièrement évolué : aujourd’hui, nous évoquons vos enjeux stratégiques, vos besoins non couverts et allons les chercher ensemble auprès des start-up.

Sans citer de nom, même sous la torture, quoi que, l’un de vous me disait récemment que les idées les grands comptes les ont aussi. En revanche, ce qui manque, c’est cette agilité, cette capacité à transformer l’idée, à lui donner vie.

De la même façon, un autre me confiait que le plus compliqué n’est pas de rencontrer des start-up avec un beau projet. Il y a constamment  des événements mais ce qu’il a trouvé à Tech Care c’est comment travailler avec une start-up, l’interaction, la communication à établir pour une construction commune.

Les start-up ont évolué aussi sur ce point et une confiance et une véritable coopération se sont mises en place.

Nous avons su créer une dynamique, nous avons ensemble répondu à vos attentes respectives et près de 100 entreprises ont candidaté lors de notre dernier appel à projets. Plus de 40 entreprises ont été accompagnées pendant ces trois années.

 

Quant aux partenaires qui n’étaient pas financeurs de l’action la première année, ils participent de plus en plus année après année, financièrement mais aussi en temps homme.

Au fil des ans, Tech Care Paris est devenu un lieu fédérateur.

Lorsque nous avons fait les groupes de travail l’an passé, plus de 60 personnes se sont mobilisées pour croiser les regards des usagers, patients, personnels de santé, apporteurs de technologies et territoires en faveur d’une santé pour tous.

La plateforme n’ayant pas d’intérêt économique direct, les gens contribuent, se disent les choses. il y a un gage de confiance, un rôle de développement économique. Cela ne pourrait clairement pas se produire ailleurs. En terme de réseau, ces groupes ont été un véritable booster pour nous tous.

Nous travaillons régulièrement avec la Haute Autorité de Santé qui est venue il y a 3 semaines. Nous étions la semaine dernière à la CNIL. Médecin Direct a d’ailleurs obtenu en juin 2016 l’autorisation « téléconsultation médicale ».

La Cheffe du bureau Innovation et Recherche clinique du Ministère de la Santé vient début avril parler du Forfait Innovation.

Caroline Germain de l’ARS Ile-de-France vient prochainement pour travailler avec les start-up sur l’impact médico-économique. Nous serons d’ailleurs consultés dans le cadre du Plan Régional de Santé.

Datamedcare est en 2016 l’une des entreprises sélectionnées par l’ARS en Auvergne-Rhône Alpes dans le cadre des projets Territoires de Soins Numériques.

Nous sommes bien évidemment en lien régulier avec les pôles Cap Digital, Medicen et Systematic via la Commission TIC & Santé notamment, avec le Lab Santé et aussi avec les autres incubateurs thématiques du Grand Paris. Nos offres sont complémentaires et certaines des entreprises sont à la fois chez eux et chez  nous pour la partie écosystème et business.

Je pense notamment à l’Institut de la Vision, Paris Biotech santé et l’Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière où Pascale Altier qui est là aussi travaille depuis longtemps.

Nous sommes clairement devenus un lieu de référence en e-santé et bien-être.

Nouveal e-santé basé à Lyon se demandait encore il y a quelques semaines s’il était pertinent d’intégrer Tech Care Paris. J’ai eu Mickaël vendredi au téléphone qui est même surpris de la rapidité à laquelle les connexions se mettent en place.

Nadine de Medicus est implantée à Dubaï : le jour de son arrivée rendez-vous CNIL et rendez-vous avec l'AP-HP préparé par Raphaël Beaufret, ARS dans quinze jours et connexion avec des hôpitaux privés.

Olivier d’Oscadi qui est basé à la Réunion est là aussi.

Sans oublier les canadiens que nous avons accompagné dans le cadre de notre partenariat avec l’Ambassade du Canada. Ils étaient établis sur leur territoire et sondaient le marché français. Tous se sont tous implantés en France….

 

Merci pour votre confiance et votre engagement, pour votre implication et votre investissement. Maria qui travaille à mes côtés et moi n’y serions pas parvenues sans vous, nous pouvons être fiers du chemin parcouru ensemble, de notre ténacité à tous et nous pouvons aller encore plus loin.

Nous ne sommes pas du genre à nous contenter, se serait mal nous connaître."

Sophie Sirven, responsable de la plateforme Tech Care Paris

#Plateforme