En bref

Raisin, une application pour renforcer la visibilité des vins naturels et de ceux qui les défendent

En quelques mots Raisin qu’est-ce que c’est ?

Raisin est une application qui permet de partager et de trouver toutes les informations qui sont liées au vin naturel dans le monde et qui s’adresse à la fois aux vignerons, aux commerçants et aux consommateurs. Nous proposons une géolocalisation des producteurs de vin naturel et des établissements dont ces produits représentent au moins 30% de l’offre, ainsi qu’un fil d’actualité permettant à chacun de communiquer sur les vins naturels qu’il consomme. Cela donne une plus grande visibilité aux commerces de proximité et vignerons qui proposent une production respectueuse de l’environnement et des consommateurs, en réduisant drastiquement le recours aux sulfites dans la fabrication du vin.

Notre application est gratuite, sans publicités et nous n’utilisons ni ne vendons les données des utilisateurs. Nous préparons actuellement de nouvelles fonctionnalités payantes à l’intention des bars, caves et restaurants.  Nos clients sont sensibles à cette transparence, qui est aussi celle promue par les viticulteurs.

Comment est né ce projet et comment l’avez-vous mis en œuvre ?

Pour ma part, j’ai commencé à boire du vin naturel en 2010 et en me renseignant je me suis rendu compte que les informations à ce sujet étaient très disparates et qu’il n’y avait pas de certification ou de label pour ce type de vin. J’ai commencé par lancer un blog, puis j’ai créé une carte des établissements proposant du vin naturel à Paris, puis à Londres et à New-York.

Progressivement, l’idée d’en faire une application est née : j’avais la conviction que les choses devaient changer et que je pouvais, à mon humble niveau, faire bouger certaines pratiques dans le monde viticole. Assez rapidement, des bénévoles se sont joints au projet et aujourd'hui nous sommes une équipe d’une dizaine de personnes à travers le monde. C’est une belle aventure !

C’était votre première expérience en tant qu’entrepreneur, quels sont les défis que vous avez eu à relever ?

Je compare souvent les jeunes entreprises à de jeunes pousses, avec tout ce que ça implique de fragilité. On n’est à l’abri de rien et ce sur quasiment l’ensemble des éléments qui caractérisent une structure. C’est quelque chose auquel je ne m’attendais pas du tout et il nous a fallu corriger certaines erreurs de jeunesse. Mais nous avons pu nous appuyer sur une communauté très active. Nous comptabilisons 40 000 publications d’utilisateurs, 3 000 établissements recommandés, qui traduisent cet engagement pour donner une meilleur visibilité aux 1460 vignerons identifiés dans l’application qui pendant très longtemps n’ont pas eu le droit de citer et pour lesquels il n’y a pas encore d’engagement politique fort, par exemple en termes de certification.

Quelles sont les prochaines étapes pour Raisin ?

Nous avons beaucoup de développements en cours pour renforcer l’impact de Raisin à l’échelle européenne voire mondiale. Nous souhaitons notamment renforcer notre visibilité en Amérique du Nord et en Asie et proposer des outils pour que chaque consommateur soit le plus indépendant possible, en permettant par exemple d’identifier plus facilement les vins naturels et ceux qui ne le sont pas chez son caviste. Mais pour cela, il nous faut des moyens, et nous finalisons en ce moment notre première levée de fond auprès de business angels très engagés et amateurs de vin naturel, qui nous suivent depuis le début.

Pourquoi avoir choisi Smart Food Paris pour vous accompagner ?

C’était obligé ! Smart Food Paris est le seul incubateur qui ait une démarche gastronomique et food et ils ont une sensibilité à l’environnement que n’ont pas forcément les autres incubateurs sur la place parisienne.

Votre portrait food ce serait quoi ?

Si j’étais un plat, je serais un croque-monsieur.

Si j’étais un ustensile, je serais des baguettes. Je les utilise souvent quand je cuisine car ils ne chahutent pas les produits. J’ai d’ailleurs vu que Thierry Marx, qui a inauguré le Smart Food Lab, utilisait beaucoup cette technique…

Si j’étais un aromate, je serais du persil

Un restaurant préféré à Paris ?

Le restaurant AT (4bis rue du Cardinal Lemoine, 75 005), on ne peut pas y aller tous les jours mais c’est une expérience exceptionnelle et ils ont une super carte des vins.