En bref

  • Date de création :

    13 juin 2013
  • Date d'incubation :

    Janvier 2014 – janvier 2015
  • Fondateurs :

    Charlotte Allibert
  • Site internet :

    https://www.librinova.com/

Grâce à l'auto-édition, Librinova révèle les grands auteurs de demain

 

Élever un enfant, planter un arbre et écrire un livre. Voilà les trois critères d'une vie réussie selon le célèbre chanteur cubain Compay Segundo. Salutaire pour le taux de natalité ou la sauvegarde des forêts françaises, ce triptyque fait également les affaires de Librinova. Cette startup parisienne propose en effet aux particuliers de publier leurs manuscrits en échange de quelques dizaines d'euros. Mais aussi, pour les plus talentueux, de les aider à pousser les portes de l'édition traditionnelle.

 

« Les grands éditeurs ont toujours eu tendance ignorer l'auto-édition et les modes de publication dits « alternatifs » explique Charlotte Allibert, fondatrice de Librinova. Nous pensions au contraire que beaucoup de manuscrits refusés méritaient d'être publiés. Et que l'auto-édition pouvait même devenir une façon alternative de détecter de grands auteurs. »

 

Editer son livre pour 50 euros
 

En pratique, le site propose donc un choix de 10 formules d'auto-édition et de 20 services à la carte pour tous ceux qui disposeraient d'un manuscrit oublié au fond d'un tiroir. Comptez 50 euros pour la simple commercialisation d'un livre numérique et jusqu'à 1 950 € pour une offre intégrant tous les services d’une maison d’édition – correction, couverture, une distribution physique dans les librairies françaises, promotion etc. « A nos débuts, nous ne proposions que des publications numériques. Mais nous avons réalisé que les auteurs appréciaient d'avoir leur livre en main et de pouvoir l'offrir aux membres de leur famille et à leurs amis. » Un vrai choix stratégique. En élargissant son offre au format physique, Librinova a en effet nettement amélioré ses ventes et son chiffre d'affaires.

« La clé de la réussite de Librinova, c'est notre équipe. Elle s'est constituée, petit à petit, en intégrant des gens que nous connaissions bien. Tous nous sont restés fidèles. C'est vraiment une grande satisfaction. »

Rapprocher les auteurs des maisons d'édition
 

Pour autant, l'auto-édition ne représente qu'une dimension d'un projet plus large visant également à créer une passerelle vers les éditeurs traditionnels. Après un premier service d'agent littéraire pour ses auteurs, l'équipe de Librinova a lancé, cette année, une plateforme dédiée uniquement aux maisons d'édition. « Grâce à ce nouveau site, les professionnels du livre ont accès gratuitement à tout notre catalogue enrichi d’informations. Ils peuvent ainsi cibler leur recherche en fonction de leur ligne éditoriale et de leurs besoins. » Simple pour les éditeurs, prometteur pour les néo-écrivains. Aujourd'hui, un auteur Librinova sur 50 signe en effet un contrat avec une maison d’édition traditionnelle. Une performance que la startup entend bien maintenir malgré l'augmentation des publications : trois livres par jour désormais, bientôt 2 000 depuis les débuts.

« Il est assez difficile de dresser un portrait-robot des personnes qui publient avec Librinova. Toutes les catégories socioprofessionnelles sont représentées. Il nous manque peut-être juste les jeunes auteurs de moins de 25 ans qui privilégient les plateformes totalement gratuites. En revanche, il y a un profil qui caractérise assez bien les auteurs qui signent en édition. Ce sont souvent des mères de famille d'une quarantaine d'années, qui publient des romans et qui vivent en région. »

Des premiers pas au sein du « Labo de l'édition »
 

Si l'aventure Librinova se déguste aujourd'hui comme un bon roman, Charlotte Allibert n'oublie pas que son premier chapitre s'est écrit au sein du Labo de l'édition. Soit un espace d'incubation de Paris&Co dédié au livre, aux médias et au transmédia. « Dès nos débuts, nous voulions que notre projet soit pleinement reconnu par le secteur de l'édition. Notre accompagnement par le 'Labo' nous garantissait une image sérieuse auprès de nos partenaires. Surtout, ce programme nous a permis de grandir aux côtés d'autres entrepreneurs. Nous étions tous confrontés aux mêmes problèmes, aux mêmes doutes. C'était vraiment rassurant ». Quatre ans plus tard, et fort d'une équipe de huit salariés, Librinova devrait doubler son chiffre d'affaires en 2018. Et bien sûr, continuer de renforcer ses relations avec les grands noms du secteur. Alors, l'auto-édition comme nouveau vivier de grands auteurs ? Pari - presque - gagné.

 

Le pitch de Librinova : « Ma maison d'auto-édition, mon agent littéraire »

8 salariés

Anecdote : « En 2014, au tout début de Librinova, nous avions eu un gros coup de cœur pour un livre auto-publié chez nous. Il se passait au Canada et l’auteure, Venia Owlman, devait justement venir en France quelques jours. Nous étions ravies de la rencontrer. Arrivées au café nous l’avons cherchée partout… jusqu’à ce qu’un homme se lève et nous dise « Venia Owlman, c’est moi ». Il s’était (beaucoup) amusé à se faire passer pour une femme et était ravi que nous soyons tombés dans le panneau ! Nous avons ensuite réussi à faire publier son livre aux éditions Préludes, notre premier contrat d’édition. »

 

* Source IFOP (2013)

 

Lire aussi : [Success story] NAVYA, la voiture autonome française sur la bonne voie

[Success story] Evaneos, le voyage en dehors des sentiers battus

[Success story] Natural Grass, gazon béni par les stars du sport

[Success story] Précurseur des RH en ligne, PeopleDoc s'impose sur les deux rives de l'Atlantique

[Success story] De Lesfurets.com à Fluo, le parcours entrepreneurial assuré de Jehan de Castet

By Baptiste Roux Dit Riche